Ma décision d’être 100% numérique

Au début de l’année 2017, je me suis départi de la quasi-totalité de ma collection de DVD et Blu-Ray (j’en avais environ 150), et de mes albums de musique. J’avais déjà fait le ménage de mes jeux vidéo en version physique et de mes livres quelques années auparavant, lorsque j’ai emménagé avec ma copine.

Depuis, mes livres sont des ebooks, ma musique c’est en streaming avec Apple Music, je regarde la majorité de mes films sur Netflix et mes jeux sont sur disque dur ou carte SD.

Je peux donc dire qu’aujourd’hui, pour ce qui est question de divertissement, je n’achète plus aucun produit dans sa version physique. Et c’est tellement plus simple ainsi!

Je sais que plusieurs sont récalcitrants à faire un tel virage numérique. Je peux comprendre. Pour moi, la commodité et la simplicité supplantent largement la beauté d’un objet physique, ou sa valeur historique et nostalgique.

Minimalisme

Au mois de février, ma copine et moi avons décidé de tendre vers un mode de vie minimaliste. Ce qui ne signifie pas simplicité volontaire, mais plutôt garder uniquement les objets qui nous sont utiles ou nous apportent réellement du bonheur. Autrement dit, avoir une centaine de films qui sont rangés dans un meuble et qui ne sont jamais regardés, ça ne servait plus à grand-chose.

Nous voulions un environnement épuré, parce que moins l’espace physique est encombré, moins l’est aussi notre tête. Un calcul assez simple!

Le minimalisme est également un moyen direct de réduire notre impact environnemental. Lorsqu’on s’arrête pour se demander si on vraiment besoin d’acheter tel ou tel truc, on prend conscience du déchet qu’il va éventuellement créer. On en vient à moins consommer, surtout à moins surconsommer, et au final c’est toute la planète qui y gagne! Bref, que du bon, je vous jure 😉

2016-09-07-154316.pngGLOBlk_AngledLeft_HOME_PH.png

Simplicité et commodité

On s’entend qu’il y  a 10-15 ans, c’était plutôt compliqué, voire impossible, de ne pas accumuler des piles de jeux vidéo ou de disques de musique. Il n’y avait pas d’alternative viable. Ce n’est plus le cas en 2017.

À peu près tout le monde a un téléphone intelligent, et donc un lecteur de musique numérique. Les téléviseurs ou récepteurs télé incorporent maintenant les applications de diffusion en direct du style Netflix. Les liseuses numériques sont nombreuses et peu coûteuses, puis les consoles de jeux vidéo viennent toutes équipées d’un espace de stockage. Il est plus facile que jamais de vivre uniquement avec du divertissement digital.

C’est surtout plus simple et commode de ne pas avoir à fouiller dans nos disques pour trouver le film qu’on a envie de regarder. Hop, une petite recherche sur Netflix ou sur iTunes et le tour est joué! Même pas besoin de se lever de son divan.
Vous avez entendu parler à la radio d’un nouveau roman qui vous intéresse? Vous pourriez prendre votre voiture et conduire jusqu’au libraire (ce qui semble déjà un effort extraordinaire dans notre mode de vie contemporain, légèrement paresseux je le concède), ou vous pourriez simplement sortir votre Kindle ou iPad et en quelques secondes, le roman est téléchargé et prêt à la lecture! En plus, quand vous partez en voyage, pas besoin de choisir un ou 2 livres et de regretter ce choix plus tard dans l’avion. Avec une liseuse numérique, toute votre collection est constamment avec vous!

Rien n’est plus agréable que d’entendre une chanson dans un café, et de pouvoir l’écouter soi-même quelques minutes plus tard. Apple Music vaut 100 fois le 10$ par mois que me coûte l’abonnement. J’ai toute la musique du monde au bout de mes doigts. Daniel Bélanger vient de sortir un nouvel album? Parfait, je vais de ce pas l’ajouter à ma collection et le télécharger pour l’écouter dans le métro! C’est d’une simplicité quasi futuriste. Je me surprends encore parfois à penser à quel point on vit dans une époque technologique incroyable. Je le répète parce qu’il faut vraiment s’y arrêter pour réaliser à quel point c’est fou : je peux écouter n’importe quel morceau de musique au monde, instantanément. Ça m’émeut presque.

switch

Lorsque j’ai acheté ma Nintendo Switch en mars (meilleur achat de l’année en passant), j’ai décidé que je n’insérerais jamais de cartouche de jeu dedans. Tout allait passer par la carte microSD. Oui, j’ai dû investir dans une carte assez large (128 go), mais à présent quand je quitte la maison avec ma console dans mon sac, je sais que j’ai accès à tous mes jeux, tout le temps. C’en est presque grisant de faire défiler les icônes sur l’écran et de penser à toutes les possibilités vidéoludiques qui s’offrent à moi.

Tant pis pour la boîte et son illustration. Après tout, ce n’est pas ce qui compte pour moi. L’important c’est le jeu, et la facilité avec laquelle je peux y jouer.

Je suis conscient que les habitudes sont difficiles à changer, mais si ce n’est pas encore fait, essayez le digital. Vous allez vous simplifier la vie et vous porterez du même coup un geste écologique.


Êtes-vous un adepte du numérique comme moi? Êtes-vous d’accord avec mes arguments? J’ai envie de vous entendre dans les commentaires juste ici…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s